Covid-19

Tous responsables, tous supporters

Elisa Longo Borghini : « Le pavé ne me fait pas peur »

24 septembre 2021 - 11:50

Elles en sont déjà secouées. Les coureuses du peloton féminin s’apprêtent à disputer la première édition de Paris-Roubaix Femmes, samedi 2 octobre prochain, après avoir déjà espéré faire leurs grands débuts sur les pavés du Nord en octobre 2020, puis au printemps dernier. À l’heure des questions sur les favorites de cette édition inaugurale, on peut s’interroger sur les qualités nécessaires pour y briller, sont-elles exactement les mêmes que chez les hommes ? Cinq d’entre elles, particulièrement motivées par cette échéance, détaillent leur rapport à la Reine des classiques et se projettent vers ce baptême du pavé. Si Elisa Longo Borghini compte se mettre au service de sa coéquipière Ellen van Dijk, son palmarès et sa connaissance des pavés la placent également

Elisa Longho Borghini (Trek-Segafredo)
Née le 10 décembre 1991 à Ornavasso (Piémont, Italie)
Équipes successives : Top Girls Fassa Bortolo (2011), Hitec Products (2012-2014), Wiggle Honda (2015), Wiggle High5 (2016-2018), Trek-Segafredo (2019-2021)
Principaux résultats :
2012 : 3e des championnats du monde, 3e du GP de Plouay-Bretagne
2013 : vainqueure du Trofeo Alfredo Binda, 2e de la Flèche Wallonne Femmes
2014 : vainqueure du Tour de Bretagne, 2e du Grand Prix de Plumelec, 3e de la Flèche Wallonne Femmes
2015 : vainqueure du Tour des Flandres, vainqueure de la Route de France
2016 : vainqueure du Giro d’Emilia, 3e des Jeux Olympiques de Rio
2017 : vainqueure des Strade Bianche, 2e du Giro Rosa, 3e de La Course by le Tour de France, championne d’Italie
2019 : 5e des championnats du monde
2020 : 3e des championnats du monde, 3e du Giro Rosa, 2e du Ceratizit Challenge by La Vuelta, championne d’Italie de la course en ligne et du chrono
2021 : vainqueure du GP de Plouay, vainqueure du Trofeo Alfredo Binda, 2e des Strade Bianche, 3e des Jeux Olympiques de Tokyo, 3e de Liège-Bastogne-Liège Femmes, championne d’Italie de la course en ligne et du chrono
Signe particulier : avec trois titres de championne d’Italie, Elisa reste encore à bonne distance de sa mère, Guidina Dal Sasso, qui a dominé la scène nationale du ski de fond dans les années 80, remportant 6 titres en individuel et 5 en relais.

Elisa Longo Borghini (ITA), JULY 25, 2021 - Cycling : Women's Road Race during the Tokyo 2020 Olympic Games at the Fuji International Speedway in Shizuoka, Japan. (Photo by Shutaro Mochizuki/AFLO) ROUTE FEMMES
Elisa Longo Borghini (ITA), JULY 25, 2021 - Cycling : Women's Road Race during the Tokyo 2020 Olympic Games at the Fuji International Speedway in Shizuoka, Japan. (Photo by Shutaro Mochizuki/AFLO) ROUTE FEMMES © PRESSE SPORTS
Picture by Zac Williams/SWpix.com - 31/01/2019 - Cycling - Road - Lexus of Blackburn Women's Herald Sun Tour - Stage 2, Churchill to Churchill,  Australia - Elisa Longo Borghini on the QOM
Picture by Zac Williams/SWpix.com - 31/01/2019 - Cycling - Road - Lexus of Blackburn Women's Herald Sun Tour - Stage 2, Churchill to Churchill, Australia - Elisa Longo Borghini on the QOM © PRESSE SPORTS
Championnat du monde de cyclisme 2019  course sur route elite femme  longo borghini (elisa) -(ita)
Championnat du monde de cyclisme 2019 course sur route elite femme longo borghini (elisa) -(ita) © PRESSE SPORTS

ILS L’ONT FAIT RÉVER
Ce n’est pas la première fois que le patronyme Longo Borghini apparaît sur une liste d’engagés de Paris-Roubaix. De fait, grâce à la création de Paris-Roubaix Femmes, Elisa continue de marcher sur les traces de Paolo, équipier modèle des formations Barloworld et Liquigas à cheval sur les années 2000 et 2010. « Je me suis passionnée pour le cyclisme grâce à mon frère, qui a onze ans de plus que moi, explique-t-elle. Il a commencé à courir bien avant moi et j’ai ensuite voulu l’imiter, donc disputer Paris-Roubaix après lui, c’est super ! Comme je suis fortement passionnée par le cyclisme, j’ai toujours suivi cette course… mais toutes les autres aussi, je dois dire. Mon premier grand souvenir est celui de l’entrée de Franco Ballerini (le 15 avril 2001) sur le vélodrome, pour sa dernière course. Lorsqu’il a ouvert son maillot pour montrer son tricot « Merci Roubaix », je n’avais que onze ans mais j’étais particulièrement émue. »
« L’édition qui m’a le plus marquée est celle de 2012 remportée par Tom Boonen : une course absolument passionnante, poursuit-elle. Mon frère a couru Paris-Roubaix en 2008 (80e) et 2014 (72e) et je me souviens en particulier de cette dernière participation car je l’ai vu passer sur plusieurs secteurs pavés et j’ai suivi tout qui se déroulait sous mes yeux avec beaucoup d’attention. Ce n’était donc pas un terrain nouveau pour moi quand nous sommes allées faire des reconnaissances du parcours de « notre » Roubaix plus tôt cette saison. Nous avons aussi effectué deux tours du vélodrome et ça a été particulièrement émouvant. »

TAILLÉE POUR LES PAVÉS ?
Elisa Longo Borghini, championne d’Italie sur route et contre la montre, est actuellement la troisième mondiale derrière les intouchables Néerlandaises Annemiek van Vleuten et Anna van der Breggen, quatrième de l’UCI Women’s WorldTour dont elle a remporté deux manches en 2021 : le Trophée Alfredo Binda en mars et le GP de Plouay en août. Troisième de la course sur route des Jeux Olympiques, elle est également une spécialiste des Strade Bianche : deuxième cette année d’une épreuve qu’elle a remportée en 2017 en s’avouant sublimée par l’environnement architectural et culturel de cette épreuve, à Sienne en Toscane, sur des routes non-asphaltées. Pour autant, elle n’émarge pas forcément au rang des favorites du premier Paris-Roubaix Femmes. « Je ne crois pas que la course soit parfaitement adaptée à mes caractéristiques, dit-elle. Mais je suis persuadée de pouvoir donner un grand coup de main à mon équipe Trek-Segafredo. »

SE PRÉPARER À TREMBLER
Sur la spécificité de l’Enfer du Nord, elle est catégorique : « Le pavé, évidemment, ne me fait pas peur. Je suis cycliste professionnelle et je dois m’adapter aux courses qui me sont données. Je connais mon métier, je dois le faire, point. Nos entraînements sur les secteurs étaient également destinés à tester le matériel. Nous utiliserons le vélo que Trek fournit depuis toujours pour Paris-Roubaix : le modèle Domane. J’ai déjà bien en tête tous les secteurs pavés mais nous allons faire encore des reconnaissances dans la semaine précédant l’épreuve. Et au tout dernier moment, nous procèderons aux dernières évaluations pour décider quelles roues utiliser, quels pneumatiques et quoi mettre sur les mains, courir avec ou sans gants. On règlera les derniers détails. »

LE SCÉNARIO IDÉAL
Quand Elisa Longo Borghini parle de son rôle au service du collectif de Trek-Segafredo, elle clarifie rapidement la distribution des rôles : « Je le ferai dans le but qui est le nôtre : gagner la course avec Ellen van Dijk. » La Néerlandaise, 34 ans, habituée des pavés, a l’expérience requise pour ce genre de compétition. Surtout, elle est la championne en forme du moment car elle vient de décrocher deux titres majeurs : le championnat d’Europe sur route à Trente (Italie, le 11 septembre) et le championnat du monde contre la montre à Bruges (Belgique, le 20 septembre) pour son deuxième maillot arc-en-ciel de la spécialité après celui de 2013. Dans les deux cas, il s’est agi d’un effort solitaire puisqu’elle a devancé de 1’18’’ l’Allemande Liane Lippert dans sa conquête de la tunique blanche et bleue étoilée. Le scénario idéal pour Trek-Segafredo serait donc qu’elle entre seule en tête sur le mythique vélodrome. Elisa Longo Borghini sait comment s’y prendre. En 2014, elle a vu son frère servir de poisson-pilote sur les pavés à son leader Peter Sagan, tandis qu’en 2008, il partageait ce rôle au service de l’Australien Baden Cooke, avec un néophyte qui n’était pas parvenu à rallier Roubaix : Chris Froome.

Championnat du monde de cyclisme 2019  course sur route elite femme  longo borghini (elisa) -(ita)
Championnat du monde de cyclisme 2019 course sur route elite femme longo borghini (elisa) -(ita) © PRESSE SPORTS

Les épisodes précédents, à découvrir ou à relire :
Audrey Cordon-Ragot : « On y marque l’histoire du cyclisme » (I/V)
Chantal van den Broek-Blaak : « On ne peut comparer Roubaix à aucune autre course » (II/V)

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur Paris-Roubaix Femmes